ACTUALITES

Retours sur les évènements locaux

Mardi 17 octobre, l’Association France Palestine Solidarité 01 (AFPS), la Ligue des Droits de l’Homme section Pays de l’Ain et le NPA déposent en préfecture une déclaration de Rassemblement devant la Préfecture pour le vendredi 20 octobre.

La préfecture ne fait connaître sa position que le jeudi 19 après-midi : interdiction. Cette réponse tardive rend impossible tout référé devant le tribunal administratif.
Les organisateurs font alors savoir qu’ils ne maintiennent pas le rassemblement
Vendredi 20 au soir, quelques personnes non informées sont verbalisées à proximité de la préfecture par un important déploiement du service d’ordre (relevé d’identités, amendes de 135€.
Commentaire d’un.e verbalisé.e : « 135€ pour une pancarte Palestine Stop au massacre, Combien l’État devrait payer pour obstacle à la liberté d’expression »

Le collectif Palestine 01 réfléchit sur les suites à donner avec deux mots d’ordre à mettre en avant : Halte au massacre à GAZA et Halte aux atteintes à la liberté de manifestation. Un rassemblement-manifestation se discute pour la fin de semaine.
Informations dans la semaine et consultez https://bourgenbresse.site.attac.org

Et pendant ce temps-là, dans une ordonnance du 18 octobre, le Conseil d’État inflige au ministre de l’Intérieur un véritable camouflet en soulignant son incompétence radicale pour décider d’une mesure générale d’interdiction de manifester et le tribunal administratif de Paris déclare illégale l’interdiction de manifester à Paris dimanche 22 octobre à 15h.

En complément prendre connaissance de la déclaration de l’AFPS-France du 14 octobre
Gaza : halte au massacre ! La France devrait agir pour le respect du droit
celui de la FIDH Fédération Internationale des Droits Humains : La tentative d déplacement forcé de plus d’un million de personnes dans la bande de Gaza est illégale et catastrophique
celui de Attac France du 16 octobre :Pas de paix sans justice, pas de justice sans décolonisation
et enfin du 19/10 le Communiqué unitaire du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens Halte au massacre à Gaza ! La France doit demander un cessez-le-feu immédiat
Voir aussi la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine https://plateforme-palestine.org/ qui propose une interpellation individuelle des députés : La France doit appeler à un cessez-le feu immédiat
La Coordination nationale de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix), le 7 octobre 2023, le 7 octobre : Ça suffit le concert des nations pro-israélien ! Résister à un occupant est légitime !

Par ailleurs AFPS-France propose une pétition Halte au massacre à Gaza

Attac en 2023 : vingt-cinq années de luttes, et ça va continuer de plus belle !

Juin 1998 : Attac est créée, à la suite de l’appel d’Ignacio Ramonet dans Le Monde Diplomatique en décembre 1997, pour s’opposer à la mondialisation financière et à la spéculation qui dévastent alors les pays dits « émergents » d’Asie.
Définie par ses fondateurs comme une « association d’éducation populaire tournée vers l’action », Attac met l’accent sur la solidarité internationale pour lutter contre l’emprise de la finance à l’échelle internationale.

Elle mène cette bataille avec un mot d’ordre commun : « Un autre monde est possible ! », et la conviction que le mouvement social international tient un rôle central pour déjouer les pièges de la mondialisation néolibérale et mettre en œuvre des alternatives au système dominant.

L’année 2023 est l’occasion pour Attac de « fêter » ses vingt-cinq ans, et surtout de dresser un bilan. D’autant plus que la période actuelle recèle d’importantes menaces qui sont autant de défis pour le mouvement altermondialiste : la montée de la xénophobie face aux migrant·es, qui remet en cause le droit fondamental à la liberté de circulation des personnes, l’accroissement des inégalités dans le monde, le terrorisme et les guerres qui s’attaquent aux droits fondamentaux et à la démocratie.

Attac a été à l’avant-garde de nombreux combats contre le capitalisme mondialisé, qui conduit à la surexploitation des personnes et de la nature.
Très vite, les actions d’Attac se sont élargies pour s’opposer aux offensives des tenants de la « mondialisation heureuse ». Ce fut en particulier la lutte contre l’Europe néolibérale, notamment lors du référendum en 2005 pour refuser la constitutionnalisation des politiques économiques néolibérales.

Attac s’est également opposée aux traités de libre-échange qui mettent en concurrence les peuples au plus grand bénéfice des entreprises multinationales. Elle a contribué de manière décisive au collectif Stop Tafta, opposé au « grand marché transatlantique » La mobilisation internationale a contribué à enliser les négociations de l’accord qui a finalement été abandonné. Aucune raison de désarmer pour autant : de nombreux autres accords de libre-échange et d’investissement sont encore en cours de négociation par la Commission européenne, comme l’accord UE-Mercosur.

Attac a participé activement aux mobilisations pour défendre les biens communs et faire de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité pour l’avenir de l’humanité, comme ce fut notamment le cas en 2015 à l’occasion de la COP 21 à Paris ; et plus récemment lors de la mobilisation contre les méga-bassines à Sainte-Soline.

L’association a toujours cherché à marcher sur deux jambes : d’une part, l’expertise et la pédagogie, comme l’attestent ses nombreuses publications destinées à un large public. Les analyses de l’association, dont la qualité est largement reconnue, ont fait leur chemin dans l’opinion publique et auprès des responsables politiques, notamment dans les domaines des banques, de la finance et du libre-échange.
De l’autre, l’action citoyenne, qui figure dans le nom d’Attac. Depuis plusieurs années, face aux multinationales qui sont les acteurs dominants de la mondialisation néolibérale, et qui bénéficient le plus souvent du laisser-faire, voire de la collusion des gouvernements, nous mettons en œuvre une stratégie de désobéissance civile. L’objectif : alerter les citoyen·nes et créer un nouveau rapport de force face à nos adversaires.
Ainsi, la lutte contre l’évasion fiscale, qui demeure une priorité d’Attac en raison de ses effets négatifs sur les politiques publiques et les inégalités, a récemment pris la forme d’actions de réquisition de chaises dans les agences de BNP Paribas, et d’occupation festive dans les « Apple stores ». Ce qui a donné lieu à deux actions en justice contre Attac en 2018, qui se sont traduites par une victoire : la reconnaissance, par la justice, du bien fondé de nos actions comme relevant de l’intérêt général. Apple a même été condamnée à rembourser Attac de ses frais de justice ! Cette victoire en appelle d’autres et Attac entend bien poursuivre dans la voie de la résistance active face aux multinationales et aux défenseurs de la mondialisation néolibérale.

La force d’Attac est d’être composée à la fois d’adhérent·es et de personnes morales (associations, médias, syndicats) qui lui permettent d’être en prise avec le reste du mouvement social et de la société. Les fondateurs apportent au travers de leurs compétences et de leurs analyses une plus-value qui nous nourrit.
C’est cette diversité et cette force que nous souhaitons célébrer à l’occasion de nos vingt-cinq ans : de l’expertise à l’action, en passant par l’éducation populaire, Attac reste un mouvement vivant qui s’invente en cheminant, avec les contributions et les apports de toutes et tous !

Pour contacter Attac Bourg-en-Bresse :
bourg.en.bresse@attac.org
06 87 49 63 11
ATTAC France https://france.attac.org

Dans la même rubrique

AgendaTous les événements